sites web et solutions digitales

Et si on passait au Slow Marketing ?

Ou comment entreprendre autrement.

Si vous êtes, comme moi, de nature plutôt introvertie, il est fort probable que vous ne vous reconnaissiez pas dans tout ce flot de « bonnes recettes marketing » qui nous submergent jour après jour. Il y a même de grandes chances pour que cela vous stresse carrément. Ben oui, à les entendre, on est complètement à côté de la plaque si on ne réseaute pas, si on ne sait pas « se pitcher » (= se vendre), si on n’a pas 10k abonnés sur Insta, ou qu’on envoie pas de newsletters super vitaminées tous les jeudis matins (et j’en passe).

Entendons nous bien, si c’est votre truc, je veux dire si ça ne vous demande aucun effort, que vous kiffez ça, et qu’en plus ça marche, alors évidemment foncez !!
Je ne dis pas que cette approche est mauvaise, loin de là. Mais je pense qu’on oublie que c’est juste UNE approche, et qu’en fait, il y en à d’autres, tout aussi efficaces.

Je crois que c’est avant tout une question de personnalité. Logique : votre entreprise, c’est vous. Elle vous ressemble. Alors votre stratégie de marketing, votre communication, elle doit vous ressembler, elle aussi. Sinon on perd l’alignement qui est vital pour une marque pérenne. Si vous êtes plutôt réservée, que l’idée d’aller à une soirée networking pour vous pitcher devant de parfaits inconnus en 3 minutes chrono vous angoisse, c’est normal ! Est ce que ça veut dire que vous n’avez pas la fibre entrepreunariale ? N’importe quoi ! Bien sûr que non.
Ce type de marketing, il y a des personnes qui sont nées pour ça. On en connait tous. Elles sont comme des poissons dans l’eau dans ce genre d’évènements, elles ont le bagoût, elles aiment se vendre et le font sans le moindre effort – et elles excellent carrément là-dedans !

Maintenant, si vous êtes plus comme moi, que ça vous prend un temps fou de rédiger un post Instagram (le choix de la photo : 3 jours / La description : 5 jours / Les hashtags : Oh my God / A quelle heure je publie ? Mince l’heure est passée, je dois attendre demain), que c’est complètement contre nature de vous pitcher, que vous vous forcez à faire des choses parce qu’ « il faut le faire », et que vous préféreriez 1000 fois passer votre temps libre à flâner dehors, à lire, à boire du thé ou à rêver… Pourquoi s’infliger ça ?

Tout simplement parce qu’on nous a dit que c’était la bonne façon, pire : la seule façon. Parce que les réseaux sociaux débordent de comptes motivationnels pour entrepreneurs à base de #hustle, #goals, #successquotes, #businesscoach, #makeithappen, #dreambig… Parce qu’on est harcelés de newsletters, pop-up, publicités, posts, et autres blogs qui nous disent qu’être entrepreneur, ça passe obligatoirement par ça.

Et s’il existait une autre façon de faire du marketing ? Et si on trouvait une stratégie qui nous ressemble ? Une qui résonne avec qui l’on est, avec nos valeurs, nos capacités, une qui respecte nos limites sans nous forcer à faire ou dire des choses qui sont contre nature et qui sapent notre énergie, notre confiance en nous et notre moral ?

1 / La première chose à faire, c’est de ramener votre attention vers l’intérieur. Vous, votre entreprise, vos valeurs. Qui vous êtes, ce que vous faites, pourquoi vous le faites, et qui vous servez. Stop au bruit permanent. Faites de la place, faites le vide. Désabonnez vous de toutes ces newsletters, ces comptes, ces blogs etc. Ils ne vous inspirent pas, ils vous stressent. Ils vous poussent à vous comparer en permanence, à vous juger, à vous trouver pas assez performants, pas assez, pas assez, pas assez… Ne vous infligez pas ça.

(Juste une petite remise en contexte qui fait du bien : les entrepreneurs, ça existe depuis la nuit des temps. Internet, et ses enfants Réseaux sociaux, Blogs, Newsletters, et compagnie depuis… quoi… 15 ans ? 20 ans à tout casser ? Je dis ça…)

2 / Revenez à l’essence de votre entreprise : ce que vous faites mieux que personne. Votre coeur de métier. Si on redirigeait toute l’énergie déployée à essayer de se vendre dans notre véritable travail, non seulement on serait plus productifs, mais aussi plus inspirés, plus confiants, et plus serein. Recentrez-vous sur votre activité.

En fait, si on mettait bout à bout tous les choses soi-disant indispensables à faire pour développer notre entreprise, il ne nous resterait pas une seule minute pour faire ce qu’on est censés faire à la base : notre métier.

3 / Quand on passe la moitié de son temps à essayer d’attirer les clients en répétant des stratégies marketing toutes faites, en perd beaucoup de temps et d’énergie, et on n’en a plus pour pour s’occuper de ses clients. On les néglige. On cherche déjà les prochains. Qu’on négligera aussi à la recherche des suivants. Et ça, consciemment ou non, ils le sentent. Est-ce réellement le genre d’expérience que vous souhaitez offrir à vos clients ?

Revenez à l’ici et maintenant. Soyez reconnaissants pour les clients que vous avez aujourd’hui; ceux qui vous ont choisi, qui vous font confiance, et qui vous paient. Chouchoutez-les. Appliquez vous à les servir au-delà de leurs attentes. Offrez-leur une expérience inoubliable. Montrez leur ce que c’est de travailler avec vous. Et croyez moi, vous n’aurez pas besoin de leur demander de témoignage pour votre site, ils le feront spontanément. Ils parleront de vous à la moindre occasion.

4 / Il n’y a pas de modèle à appliquer. C’est à vous de créer le votre. Un modèle qui repose sur vos forces plutôt que vos faiblesses, qui valorise ce dans quoi vous excellez, qui vous laisse choisir les outils qui vous correspondent.
L’alignement est la clé. Rester aligné à ses valeurs, à sa nature, à ses objectifs (pas à ceux qu’on nous vend).

À ce jour : mon compte Insta affiche 183 abonnés au compteur, j’ai envoyé en tout et pour tout 2 newsletters et rédigé 5 articles de blog (celui là est le 6e 🙂 en 4 ans et demi, et participé à une seule soirée d’entrepreneuses. Et vous savez quoi ? Ben je suis encore là. Et mon entreprise aussi ! Mieux : j’ai des clients qui me correspondent et qui valorisent mon travail, je bosse sur des projets qui me passionnent, je ne travaille pas le soir ni le week-end, et j’élève seule mon fils (même sans mari riche !) et sans galérer.

Mon entreprise. Mes conditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *